Skip to content

Life in plastic, it’s fantastic

août 4, 2010
by

#sacrérogerjouret

 


Plastic Bertrand, un mythe qui s’effondre, une déception sans nom. Le héros de toute une génération wallonne n’était en fait qu’un biaiseur de luxe qui nous a luxueusement baisé. Il avait compris la recette du succès, celle qui sera reprise par toutes les pré pubères des années 2000 : se teindre en blond et exceller dans l’art du play-back. Quel précurseur ce Plastic. Il avait même réussi à faire carrière avec un nom pareil. D’après une source proche, pour avoir un bon nom de scène il faut prendre le prénom de notre premier animal de compagnie et le nom de la rue où on habite. Petits florilèges : Chouquette Court Debout, Pompon horizon, Désirée Dufour, Cannelle Les Buissons, Cacahuète de Sébastien ou encore Totor des Ecuries. C’est imparable. Ça marche aussi pour une carrière dans le porno bien sûr.
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :